Le constructeur d’automobiles japonais Mitsubishi Motors a avoué ce mercredi avoir «manipulé des tests pour présenter de meilleurs rendements énergétiques». Une fraude qui concerne au moins 625 000 véhicules vendus au Japon mais l’enquête va s’étendre à l’étranger.

Quatre modèles de mini-véhicules (cylindrées de moins de 660 cm3), une catégorie populaire dans l’archipel, sont en cause, dont 468.000 unités fabriquées pour son compatriote Nissan (Dayz et Dayz Roox).

Cette annonce intervient alors que le géant allemand Volkswagen est aux prises avec une retentissante affaire de moteurs truqués. «Il semble que les comportements douteux ne soient pas limités à Volkswagen», a commenté Joe Rundle, analyste chez ETX Capital. «Les révélations explosives de Mitsubishi posent la question d’un scandale bien plus large».

(Source www.lunion.fr)

Lire la suite