Avis de rappel du 8 mars de Haricots verts très fins 1Kg de marque Notre Jardin (Marque Repère E.Leclerc) pour présence de datura. Plusieurs lots de ces haricots verts très fins Notre jardin de la marque Repère sont contaminés par le datura. Voir le détail sur l’affichette précitée.

Comme à son habitude, le site Oulah! est le premier site à relayer l’info sur son site et les dits réseaux sociaux Facebook et Twitter.
Pendant ce temps, pas d’info de la part de nos autorités sanitaires, à croire qu’en ce vendredi, veille de week-end, tout le monde soit déjà parti …

Explication ?

Il peut y avoir une explication qui est celle fournie par le site www.drogues-info-service.fr :

le datura, considéré comme une drogue, est consommé par les usagers pour vivre une expérience introspective (pour faire un « voyage », un « trip »). Les effets recherchés sont :

• sensation de rêve éveillé : par exemple parler à quelqu’un qui n’est pas présent ;
• puissantes hallucinations auditives, visuelles, tactiles (modification de la perception des couleurs, impression de s’enfoncer dans le sol, modification des formes…) ;
• perte des repères spatiotemporels ;
• insensibilité à la douleur.

L’absence de réaction de nos autorités fait croire qu’il font un rêve éveillé après avoir mangé un bon plat de haricots verts très fins de marque Notre Jardin, en attendant ce sont les consommateurs qui hallucinent …

.

.

Selon ce site,

Le Datura (Datura stramonium) est une plante éminemment toxique, quelle que soient les parties en cause. Bien connue comme poison, elle agit un peu comme la belladone mais se montre encore plus toxique. Rien qu’à découvrir les noms couramment employés pour la définir, on comprend vite qu’elle est redoutable : Herbe du diable, Herbe aux sorciers, Herbe des magiciens, Herbe aux voleurs, Chasse-taupe, Endormie, Pomme épineuse, Stramoine…

Un problème bien connu

J’ai déjà écrit deux articles sur le Datura, Graines de sarrasin bio et datura, attention danger ! et, Datura, les fleurs du mal ou de l’utilité des produits phytosanitaires, le tout sans oublier les articles sur les rappels de produits alimentaires, on retrouvera l’ensemble des articles où Datura est rapporté ici.

Un article de Magali Labadie paru dans Vigil’Anses n°5, le bulletin des vigilances de l’Anses, de juin 2018, Datura ou les « fleurs du mal », soulignait, « Il est probable que la mise en œuvre des nouvelles dispositions réglementaires puisse expliquer que ces plantes se développent en ville ce qui était moins le cas dans le passé. », en ville mais aussi dans les champs …

Pour mémoire, le 5/03/2019 le site du ministère de l’agriculture et de l’alimentation publiait un article sur le Datura, ses dangers, les contrôles en place etc…
Parmi les moyens préventifs pour éliminer les plants de Datura, il est question d’emploi d’herbicides, arrachage manuel, repérage visuel….

 

 

Herbicides vous avez dit herbicides, c’est-à-dire des produits phytosanitaires (ou pesticides), mais si on les utilisait, le problème Datura aurait été réglé … (NDRL : Oulah!, à la différence de l’auteur de cet article, ne partage pas cet avis et préfère un repérage visuel et un arrachage manuel du Datura)

Merci à Franck Valayer, fondateur et directeur du site Oulah!, de m’avoir transmis certaines informations.

 


par Albert Amgar*

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d’une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n’exerce plus aujourd’hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments.