Ce n’est pas un scoop, on le savait depuis déjà quelques années mais voilà c’est dit, un communiqué du 22 octobre 2019 du BEUC (Bureau Européen des Unions de Consommateurs) rapporte que selon un nouveau rapport « Déclin inquiétant des contrôles des aliments en Europe ».

On lira sur ce sujet, un article paru il y a un an environ, Un rapport de la Commission européenne pointe le manque de ressources en sécurité des aliments dans les pays de l’UE, le pire, c’est que c’est voulu !
Avons-nous encore les moyens d’avoir un œil sur nos aliments ?
Le nombre de contrôles alimentaires et les ressources qui leur sont allouées diminuent dans toute l’Europe. C’est la tendance inquiétante qui se dégage du rapport ‘Keeping food in check’, (Conserver les aliments sous contrôle), publié par le BEUC. Afin de vérifier que les entreprises alimentaires respectent les lois européennes en matière de sécurité des aliments et d’étiquetage, le BEUC invite les gouvernements à augmenter les ressources allouées aux contrôles et à la Commission de veiller à ce que les rapports des États membres soient complets, faciles d’accès et comparables entre les pays. La loi oblige tous les États membres à rendre compte de leurs activités d’inspection chaque année. Le BEUC a analysé les données sur les contrôles officiels des aliments provenant de 12 pays. Voici les principales conclusions:

• À quelques rares exceptions près, les ressources humaines et financières pour les contrôles des denrées alimentaires diminuent dans l’ensemble de l’UE, de même que le nombre de contrôles;

• Certains membres du personnel de contrôle ont signalé qu’ils ne disposaient pas des ressources nécessaires pour s’acquitter de leurs tâches.

• Les contrôles des aliments les plus probables de provoquer une intoxication, tels que les œufs, le lait et la viande, sont en baisse;

• Les rapports inégaux des États membres rendent les comparaisons difficiles, voire impossibles.

• Les États membres accordent une priorité faible, voire nulle, aux contrôles de l’étiquetage;

• Peu de pays ont choisi de publier les résultats des inspections des opérateurs individuels et d’informer les consommateurs des normes d’hygiène en vigueur dans les restaurants et les magasins d’alimentation.

Monique Goyens, directrice générale du BEUC, a déclaré: « Notre rapport montre que les gouvernements nationaux sont malheureusement en train de réduire les coûts en ce qui concerne la vérification des ressources vitales que constituent nos aliments. Même les produits susceptibles de provoquer une intoxication alimentaire – comme la viande, les œufs et les produits laitiers – sont soumis à de moins en moins de contrôles. Récemment, plusieurs scandales ont fait la une des journaux, notamment du lait et des œufs pour bébés contaminés ainsi que de la viande impropre à la consommation humaine. »

« Les consommateurs se demandent alors légitimement si les gouvernements veillent effectivement à ce que les entreprises respectent les règles – et s’ils en ont les moyens. La méfiance des consommateurs à l’égard des produits alimentaires nuit en définitive aux entreprises et à l’économie dans son ensemble. »

Sur la transparence

« De nouvelles règles européennes visant à harmoniser les rapports des États membres sur les contrôles des denrées alimentaires entreront bientôt en vigueur. Ces règles faciliteront la comparaison des performances des pays et permettront de repérer ceux qui ne prennent pas suffisamment au sérieux leurs tâches de contrôle. »

« Les notes sur les portes, les ‘smileys’ et les systèmes similaires d’évaluation de l’hygiène alimentaire aident les consommateurs à choisir où manger et acheter des aliments. Cependant, la nouvelle législation de l’UE sur les contrôles des denrées alimentaires laisse aux États membres le droit de développer de tels outils. Certains pays donnent déjà l’exemple (Royaume-Uni, Norvège, Danemark), nous espérons que d’autres suivront. »

Sur le financement

« Dans un marché unique où les produits alimentaires peuvent traverser plusieurs frontières avant de finir dans les assiettes, nous ne pouvons pas nous permettre des liens faibles dans le système de contrôle. Tous les États membres doivent allouer des ressources suffisantes aux contrôles des denrées alimentaires afin de protéger la santé des Européens. Malheureusement, ils ont manqué l’occasion d’obliger un plus grand nombre d’entreprises du secteur alimentaire à financer les contrôles avec la réforme de la loi d’il y a cinq ans. »

En France, « Au titre de la sécurité sanitaire de l’alimentation, un établissement de restauration est donc contrôlé en moyenne tous les quinze ans par les services de l’État. » Source rapport de la Cour des comptes, février 2019.

« … d’après la DGAL, le Royaume-Uni disposait en 2016 d’un inspecteur pour 74 établissements de remise directe (restaurants, commerces de bouche, distributeurs) alors qu’en France un inspecteur est en moyenne responsable de la surveillance de 3 284 établissements. » Source Rapport d’Information fait au nom de la commission des affaires économiques et de la commission des affaires sociales sur les procédures de retrait et de rappel des produits alimentaires présentant un risque sanitaire.

Pour la baisse drastiques des inspections en sécurité des aliments par le ministère de l’agriculture (voir les bilans de la DGAL), on constatera que malgré un tout petit redressement en 2018, le compte n’y est pas, jugez plutôt,

• 2012 : 86 239
• 2013 : 82 729
• 2014 : 78 000
• 2015 : 76 000
• 2016 : 55 000
• 2017 : 54 000
• 2018 : 57 800

Quant d’évaluation des entreprise alimentaire via le système Alim’Confiance, mieux vaut ne pas en parler, une saga vous en dira beaucoup plus, ici.


par Albert Amgar*
* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d’une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n’exerce plus aujourd’hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments.