La mise en œuvre d’un site unique de rappels des produits alimentaires semble faire, semble-t-il, l’unanimité, il était temps… vu ce qui se passe…

Comme on l’a vu récemment avec les résultats de la « Commission d’enquête chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis et d’étudier à cet effet les dysfonctionnements des systèmes de contrôle et d’information, de la production à la distribution, et l’effectivité des décisions publiques » et le rapport et avis du Groupe de travail du Conseil national de la consommation (CNC), « Amélioration de l’efficacité des procédures de retrait-rappel des produits de consommation courante » adoptés le 13 juillet 2018, cela devient même urgent…

On a ainsi pu lire dans le document du CNC :

L’audition du responsable du site citoyen « Oulah! » (Franck Valayer), qui recense à titre de service privé et gracieux les retraits-rappels de produits, a montré qu’il peut être difficile, voire impossible, de localiser l’information sur les retraits-rappels sur les sites de certaines enseignes de distribution.

Grâce à ce simple site privé, sans moyens financiers, on apprend qu’il y a eu du 1er janvier au 20 juillet 2018, 195 avis de rappels de produits alimentaires versus 192 pour toute l’année 2017 !

Et vraisemblablement, ces chiffres sont loin d’être exhaustifs… tout ceci arrivant en pleine diffusion des résultats d’une Commission et d’un avis et rapport du CNC…

Devant l’ampleur des avis de rappels, je suggérerais aux sites Internet des associations de consommateurs d’arrêter de diffuser les avis de rappel et de se fier (enfin) au site Oulah!… en attendant le « fameux » site public unifié et plébiscité des avis de rappels des produits alimentaires…

L’autre intérêt du site Oulah! est la rapidité de la mise en ligne de l’information, c’est primordial, là où malheureusement les sites de nos autorités ont souvent été pris en défaut et/ou diffusant avec un certain retard les avis de rappel…

Tous les qualificatifs de ce site privé seront-ils réunis pour ce site unique de nos autorités qui jusqu’à présent se sont retranchées derrière le « Guide d’aide à la gestion des alertes d’origine alimentaire entre les exploitants de la chaîne alimentaire et l’administration lorsqu’un produit ou un lot de produits est identifié, version révisée du 02/07/2009 »…, encore un guide qui n’aura pas servi à grand chose…

Dernier point, que penser de tous ces rappels qui explosent ? Tout va-t-il donc si bien pour la sécurité des aliments dans notre pays ?

Ceux qui me lisent savent combien je suis attaché à diffuser des informations claires et précises, mais ce n’est pas le cas notamment avec ces rappels à répétition de légumes surgelés en Europe et dans le monde de l’entreprise Greenyard, 107 pays sont concernés

Pour mémoire, la plupart des pays de l’UE ont fait des annonces de rappel le 5 ou le 6 juillet 2018, et en Lidl France a diffusé le premier avis de rappel le 6 juillet 2018 ; c’est bien avant la DGCCRF qui n’a publié un communiqué que le 11 juillet 2018, de facture assez classique, et dont le contenu ne trompe personne : Rappel de légumes surgelés en provenance de Hongrie : la DGCCRF surveille la bonne application de la procédure par les entreprises françaises.

Pour suivre les rappels, il faut savoir lire le tableau proposé par la DGCCRF… qui s’allonge, s’allonge…

Par ailleurs, pour « le suivi des règles d’hygiène simples lors de la préparation et de la conservation des aliments permet d’éviter la contamination », le communiqué DGCCRF renvoie au site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Parmi les préconisation proposées sur ce lien pour la « Prévention de la listériose chez les personnes à risque », il est indiqué entre autres : « Réchauffer les aliments consommés à chaud à une température interne supérieure à + 70°C. »

Il aurait plus simple de signaler ce qui suit :

Greenyard a conseillé aux consommateurs de faire cuire les produits surgelés jusqu’à ce qu’ils atteignent 70°C et de continuer à les faire cuire à cette température pendant au moins deux minutes.

Enfin, notons dans ce contexte, un communiqué du ministère de l’agriculture du 19 juillet 2018, « Rappel de légumes surgelés en provenance de Hongrie ».

Vous avez donc à nouveau reproduit sous vos yeux le mode de fonctionnement de nos autorités dénoncé par la « Commission d’enquête chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis et d’étudier à cet effet les dysfonctionnements des systèmes de contrôle et d’information, de la production à la distribution, et l’effectivité des décisions publiques », sous la forme d’une « armée mexicaine » avec « trois ministères : la Santé, Bercy et Agriculture ».

A suivre…

par Albert Amgar*

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d’une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n’exerce plus aujourd’hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments.