Dans un excellent article de Marjolaine Cérou de la revue PROCESS Alimentaire du 24 septembre 2018, « Comment l’Europe va renforcer la surveillance des Listeria »

D’après le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), tous les cas de listériose ne sont pas recensés en Europe. Dans l’optique de détecter les épidémies concernant plusieurs État-membres, une étude de l’ECDC, publiée dans Eurosurveillance, a comparé la méthode classique de surveillance des épidémies et le séquençage haut débit. Au total, 2 726 échantillons de Listeria récoltés dans les 27 État-membres entre 2010 et 2015 ont été passés au crible. Les résultats montrent qu’un peu moins de 50% des cas sont des cas isolés alors que la moitié des autres sont regroupés. De plus, environ un tiers des cas identifiés comme faisant partie d’un même groupe concernent plus d’un pays et durent souvent plusieurs années. Toutefois, seules deux épidémies de listériose ont été signalées dans l’Union européenne en 2016 et cinq en 2015. Cela suggère que beaucoup d’entre elles n’ont pas été détectées.

En attendant que cela se mette en place, le quotidien pour le consommateur n’est pas pavé de bonnes intentions…

Selon l’InVS, Estimation de la morbidité et de la mortalité liées aux infections d’origine alimentaire en France métropolitaine, 2008-2013 :

L. monocytogenes n’est pas un agent pathogène fréquent (moins de 0,1% des cas d’origine alimentaire), mais se classe 2e en nombre de décès (65 cas décédés, soit 25% du nombre total de décès d’origine alimentaire).

Il est aussi indiqué que « La létalité élevée de la listériose et son potentiel épidémique justifient qu’elle reste également prioritaire en termes de surveillance ainsi que de moyens de prévention et de contrôle. »

Enfin, dans un récent rapport de la Commission au Parlement européen et au Conseil sur le fonctionnement global des contrôles officiels effectués dans les États membres (2014-2016) pour assurer le respect de la législation alimentaire et de la législation relative aux aliments pour animaux ainsi que des règles relatives à la santé et au bien-être des animaux », il est fait état du problème des non-conformités en ces termes quelque peu naïfs…

Les États membres ont relevé des cas de non-conformité dans les domaines suivants: les exigences opérationnelles, structurelles ou relatives aux équipements en matière d’hygiène; l’analyse des risques et la maîtrise des points critiques (HACCP); l’étiquetage des denrées alimentaires et des aliments pour animaux; les additifs dans les aliments pour animaux; l’insuffisance ou l’absence d’archivage des données et la contamination microbiologique. Si la définition des causes sous-jacentes de ces problèmes est limitée, certaines ont été attribuées au taux élevé de rotation du personnel chez les exploitants du secteur de l’alimentation humaine et animale – lequel est souvent caractérisé par de faibles salaires et peu propice à la continuité des bonnes pratiques en matière d’hygiène – au manque de formation des exploitants du secteur alimentaire et/ou à la méconnaissance des exigences. Ce dernier point suscite quelques préoccupations étant donné que, dans le cadre de la législation relative aux denrées alimentaires et aux aliments pour animaux, les exploitants sont en premier lieu responsables de la bonne application des règles.

Dans ces conditions, que penser de ces deux rappels récurrents en France à cause de Listeria ? Où sont les démarches suite à des non-conformités ? Où sont les contrôles officiels ?

Le 20 août 2018, la DGCCRF a publié un « avis de rappel de 8 falafels, pois chiches, carottes & coriandre, de la marque Atelier Blini » pour cause de présence de Listeria monocytogenes. Le site privé Oulah! avait publié cet avis dès le 17 août 2018. Un seul lot était concerné.

Le 10 octobre 2018, le site Oulah! a publié un nouvel « avis de rappel de 8 falafels, pois chiches, carottes & coriandre, de la marque Atelier Blini » pour cause de présence de Listeria monocytogenes. Cette fois-ci, 10 lots sont rappelés !

Le 29 août 2018, le site Oulah! a publié un avis de rappel de « Crêpes moelleuses au sucre de canne et au lait frais 200 g de marque CASINO BIO » pour cause de présence de Listeria. Pas d’information sur les sites de nos autorités. Le rappel est signalé sur le site Internet de Géant Casino.

Le 8 octobre 2018, le site Oulah! a publié un nouvel avis de rappel de « Crêpes moelleuses au sucre de canne et au lait frais 200 g de marque CASINO BIO » pour cause de présence de Listeria. Pas d’information sur les sites de nos autorités. Le rappel est signalé sur le site Internet de Géant Casino.

Normalement, après un rappel, c’est-à-dire une non-conformité grave, des actions correctives sont censées être prises, et le plus souvent des contrôles officiels sont diligentés, mais là, on continue comme d’hab’ en espérant se débarrasser de Listeria aussi simplement qu’elle est arrivée… Ces entreprises ont-elles entendu parler des pathogènes persistants ?

Cela se passe de commentaires…

par Albert Amgar*

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d’une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n’exerce plus aujourd’hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments.