Cet article est dédié au nouveau directeur général de l’alimentation qui, dans une interview, a répondu « Oui » à la question suivante : Peut-on affirmer que notre alimentation en Europe est l’une des plus sûres du monde ?

Voici donc un article, à l’occasion de la première Journée mondiale de la sécurité sanitaire des aliments, qui va lui permettre de reconsidérer son point de vue, mais ce n’est même pas sûr …

« L’Organisation mondiale de la santé-Europe indique que les chiffres des maladies infectieuses d’origine alimentaire ne sont que la ‘partie visible de l’iceberg’ », source article de Joe Whitworth paru le 7 juin 2019 dans Food Safety News.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, à chaque minute, 44 personnes tombent malades parce qu’elles ont mangé des aliments contaminés.

Plus de 23 millions de personnes tombent malades et environ 4 700 décès par an, selon les données de la Région européenne de l’OMS présentées dans un rapport basé sur les chiffres de 2010 et présentée avant la première Journée mondiale de la sécurité sanitaire des aliments. Le 7 juin, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) parraine la Journée mondiale de la sécurité sanitaire des aliments et compte en faire un événement annuel.

Les responsables de la Région européenne ont averti que les chiffres ne représentent que la ‘partie visible de l’iceberg’ et que le nombre exact de cas est inconnu. La région européenne de l’OMS est plus large que l’Union européenne et comprend 53 États membres tels que le Kazakhstan et l’Ouzbékistan.

Au niveau mondial, on estime que plus de 600 millions de personnes, soit près d’une personne sur 10, sont tombées malades après avoir consommé des aliments contaminés en 2010. Parmi elles, 420 000 sont décédées, dont 125 000 enfants de moins de 5 ans.

.

.

Faire réfléchir les gens

Dina Pfeifer, responsable technique par intérim de la sécurité sanitaire des aliments à OMS/Europe, a dit que la Journée mondiale de la sécurité sanitaire des aliments est importante pour apprécier les efforts déployés pour assurer des aliments sûrs.

« Du point de vue de l’industrie, des consommateurs et des gouvernements, l’essentiel est qu’ils tiennent les aliments sûrs pour acquis. Les systèmes deviennent complexes pour répondre à la situation actuelle. Nous avons besoin de confiance, de fonds et de ressources dans ces systèmes et d’une coordination nationale et mondiale. La Journée mondiale de la sécurité sanitaire des aliments montre que certaines personnes veillent à ce que les aliments dans notre assiette soient sûrs. C’est une responsabilité partagée et nous devons y contribuer » », a-t-elle déclaré à Food Safety News.

« Pour les personnes souffrant de maladies sous-jacentes chroniques et les enfants vulnérables, la population immunodéprimée séropositive ou infectée par le VIH ou la chimiothérapie anticancéreuse, qu’est une petite diarrhée pour une personne en bonne santé peut mettre sa vie en danger. »

L’OMS assure le secrétariat du Codex Alimentarius avec la FAO et est chargée de l’évaluation des risques dans des domaines tels que les additifs alimentaires et les autres effets sur la santé.

« L’OMS/Europe aide les pays à renforcer leurs systèmes de santé publique. Nous ne pouvons pas tout faire. Nous mettons donc l’accent sur le travail intersectoriel dans les pays à revenu faible et intermédiaire et sur les changements de système gouvernemental dans les pays, réunissant les ministres de l’agriculture, de la santé et de l’environnement pour qu’ils travaillent sur ces questions », a déclaré Pfeifer.

Pfeifer a dit que les normes alimentaires sont importantes pour garantir que les pays soient sur la même ligne et mettre en œuvre des actions avec les mêmes méthodes.

« Vous pouvez avoir le monde entier dans votre assiette, le sel provient d’un pays, les légumes ont trois sources différentes et sont produits dans 10 ou 20 pays. Cela rend les investigations et la traçabilité très complexes en cas de problème », a-t-elle dit.

« Le séquençage du génome entier est un outil formidable et il est difficile de confirmer une source sans cet outil. Mais cela ne remplace pas la surveillance régulière pour savoir quoi analyser et échantillonner. Le coût du WGS diminue et les pays peuvent commencer à l’avoir. Cela contribue à la sécurité des aliments, mais ce n’est pas la seule et unique méthode. »

La Dr. Zsuzsanna Jakab, Directrice régionale de l’OMS pour l’Europe, a déclaré qu’un simple repas peut contenir des ingrédients de plusieurs continents et que la sécurité sanitaire dépend de la collaboration internationale.

« Tous les pays du monde, des plus grands aux plus pauvres, ont souffert de maladies d’origine alimentaire et l’Europe ne fait pas exception. L’ampleur du défi posé par les maladies d’origine alimentaire est frappante et montre qu’il est important de prévenir et d’atténuer les risques pour la sécurité sanitaire des aliments. »

« La Journée mondiale de la sécurité sanitaire des aliments est une occasion sans précédent d’appeler les gouvernements à renforcer les systèmes garantissant la sécurité des aliments, dans tous les secteurs, dans toute l’Europe et dans le monde. »

Norovirus, responsable de la maladie d’origine alimentaire la plus fréquente

Des aliments insalubres peuvent entraîner une maladie grave ou durable, une hospitalisation et la mort. Le fardeau global des maladies d’origine alimentaire en Europe est estimé à plus de 400 000 années de vie corrigées de l’incapacité (DALY), c’est-à-dire les années au cours desquelles une personne est touchée par une maladie.

Les causes les plus fréquentes de maladies d’origine alimentaire sont les agents des maladies diarrhéiques tels que norovirus (15 millions de cas environ), suivis de Campylobacter spp., responsable de près de 5 millions d’infections, selon les estimations.

Salmonella spp. non typhique cause le plus grand nombre de décès, suivis par Campylobacter spp., norovirus, Listeria monocytogenes et Echinococcus multilocularis. Dans l’ensemble de la région, les maladies diarrhéiques sont responsables de 94% des maladies d’origine alimentaire, de 63% des décès et de 57% de la charge de morbidité.

La toxoplasmose parasitaire, qui peut causer de graves dommages aux enfants à naître et aux patients immunodéficients, constitue le troisième fardeau le plus important en matière de maladies d’origine alimentaire.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, a déclaré que les 420 000 décès par an sont entièrement évitables.

« La Journée mondiale de la sécurité sanitaire des aliments est une occasion unique de sensibiliser les gouvernements, les producteurs, les manipulateurs et les consommateurs aux dangers des denrées alimentaires insalubres. De la fourche à la fourchette, nous avons tous un rôle à jouer pour rendre les aliments sûrs », a-t-il déclaré.

Le thème de la journée est que la sécurité des aliments est l’affaire de tous. Les aliments insalubres entravent le développement de nombreuses économies à revenu faible ou intermédiaire, qui perdent environ 95 milliards de dollars de productivité liée à la maladie, à l’invalidité et au décès prématuré des travailleurs.

« Les gens ne pensent pas à la nourriture peut les rendre malades, mais un nombre inacceptable de personnes subit la misère des maladies d’origine alimentaire, parfois avec des conséquences graves – en particulier pour les très jeunes et les très âgés. »

« Du lavage des mains à la surveillance et à la réglementation internationale, en passant par la cuisson et le stockage appropriés des aliments, chaque pièce du puzzle de la sécurité sanitaire des aliments affecte des vies, des économies et des communautés entières », a déclaré la Dr Dorit Nitzan, directrice régionale par intérim des urgences à OMS/Europe.

.

.


par Albert Amgar*

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d’une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n’exerce plus aujourd’hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments.