Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Les rappels de produits alimentaires et les magazines au service des consommateurs

Eau chaude ?

« Un manque de réactivité et de transparence », rapporte le magazine 60 Millions de consommateurs à propos d’un rappel de bouteilles de lait, « Les Laitiers Responsables de marque CANDIA » lié à « un défaut de gout et d’odeur résultant de la présence d’un germe ne présentant pas de risque pour la santé du consommateur ».

Quelques consommateurs nous ont fait part du manque d’informations fournies par le service consommateurs. Certains n’ont reçu aucun retour, contrairement à ce qui leur avait été indiqué.

La rédaction de 60 Millions a également rencontré des difficultés pour obtenir des réponses à ses questions. Même s’il n’y a pas ici d’enjeu sanitaire avéré, ce manque de réactivité et de transparence est regrettable… d’autant plus qu’il y a de quoi perdre son latin avec les rappels : Grandlait n’est pas le seul produit retiré par la marque.

Le magazine 60 Millions de consommateurs découvrirait-il l’eau chaude ?

Mycolicibacterium mucogenicum

Les détails du rappel sont bien rapportés dans un article du magazine, « Pourquoi Candia rappelle ses Grandlait », qui se met, désormais, et c’est tant mieux, à rechercher les causes du rappel. Il y a du boulot en perspective …

On apprend donc que « Des bouteilles de lait produites à Awoingt (Nord) sont contaminées par une bactérie de type Mycolicibacterium, inoffensive pour la santé. » Mycolicibacterium mucogenicum très précisément, merci 60 Millions…

Il est indiqué que « La marque Candia, qui appartient à la coopérative Sodiaal, rappelle depuis le 12 octobre une trentaine de lots de son produit phare Grandlait ».

Sur le site de Candia, on apprend par l’affichette de rappel qu’il s’agit d’un rappel de 15 lots

« Grandlait n’est pas le seul produit retiré par la marque », nous dit 60 Millions de consommateurs ; l’association a raison, mais pourquoi le dernier rappel de Candia, « Candia Baby Croissance 4 (20-36mois) de marque CANDIA » n’est-il pas signalé sur son site internet comme pour le rappel récent de Grandlait ?

Sur ce fait 60 Millions reste muet !

Sur l’information à propos de la contamination, on en est réduit à des hypothèses ; ainsi l’article de 60 Millions de consommateurs indique :

Mais la société ne fournit aucune indication sur l’espèce de ce micro-organisme, une information pourtant essentielle pour le consommateur. La famille des entérobactéries réunit en effet des bactéries non pathogènes, mais aussi des Escherichia coli potentiellement dangereuses pour le nourrisson.

Eh oui, il ne nous est pas permis d’avoir une information sur la nature du germe pour Grandlait (voir affichette du rappel) et idem pour Baby Croissance ; il n’est donc pas étonnant que le consommateur se sente floué par le manque d’information, malgré les rodomontades du Rapport de la Commission d’enquête chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis et d’étudier à cet effet les dysfonctionnements des systèmes de contrôle et d’information, de la production à la distribution, et l’effectivité des décisions publiques… (1 et 2).

Et les consommateurs se rient des auteurs de ce rapport qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes…

Accéder à l’information simplement

Bref, pas simple pour les magazines ou associations de consommateurs d’informer sur les rappels ; et pourtant on peut avoir accès à cette information plus complètement, de façon simple et rapide, en allant sur Oulah!

Le fondateur du site a eu la très bonne idée de mettre en avant un comparatif à propos de l’information sur les rappels, et comme on peut le voir ci-dessous, ya pas photo !

Le site des rappels du ministère de l’agriculture échappe au ridicule en ne figurant pas dans ce classement.

Fight club

Enfin, dernière idée des magazines de consommateurs : ce n’est plus le 100 % bio ou le 100 % sans glyphosate qui domine, mais… le 100 % indépendant, comme nous le montre cet échange de tweets du 23 octobre… et l’on me dit après cela que le ridicule ne tue pas ; soit, mais les associations de consommateurs se couvrent de ridicule avec ce genre d’échanges…

par Albert Amgar*

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d’une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n’exerce plus aujourd’hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments.