Si certains produits font régulièrement l’objet d’avis de rappel ou sont retirés de la vente (jouets, médicaments, aliments, matériel électronique, etc.), trouver l’information relève bien souvent du casse-tête pour le consommateur.

Quelle différence entre retrait et rappel de produits ?


Défaut de conception, de fabrication, défaillance de certaines pièces ou composants… Si des produits de consommation courante présentent un risque pour votre santé ou votre sécurité, ils feront l’objet d’un retrait ou d’un rappel : 

•  le retrait intervient sur les produits disponibles dans les magasins mais non encore vendus. Ils sont alors retirés des rayons ou des entrepôts ;

• le rappel concerne les objets déjà vendus aux consommateurs. Dans ce cas, les particuliers doivent les rapporter en magasin ou les détruire. 


La gestion des rappels de produits


La DGCCRF, Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, décide si un produit doit être retiré de la vente. 

Elle peut être alertée par :

•   ses services dans le cadre de leur mission de surveillance du marché ;

•   les fabricants ;

•   les consommateurs ;  

•   les autorités de surveillance des autres États membres de l’Union européenne, en application d’une réglementation européenne.

Comment s’informer ?


Avec les “sagas sanitaires” telles que celles de Lactalis, du Fipronil, des barres chocolatées Mars, de la viande de Cheval, du Bisphénol A, les différentes épidémies bovines et aviaires, les interdictions pharmaceutiques soudaines ou mieux encore, les failles techniques dont « les moteurs pollueurs » de certains constructeurs, le consommateur se sent de plus en plus trompé, voire perdu. Il a besoin d’informations et doit pouvoir trouver facilement la liste de ces produits mis sur le marché, puis rappelés pour des raisons parfois troublantes…


Selon une étude réalisée en 2017 par CLCV, Association nationale de défense des consommateurs et usagers, 77 % des personnes interrogées s’estimaient insuffisamment informées.


À l’été 2018, le Conseil national de la consommation (CNC) a remis aux pouvoirs publics des recommandations pour améliorer la procédure de rappels des produits. Parmi elles, figuraient la création d’un site internet unique recensant les rappels de produits et un affichage plus visible dans les magasins et sur les sites internet des enseignes. Déjà 2 ans et rien n’a bougé de côté là


C’est ce que propose Oulah!, une alternative pour rester informé sur les produits signalés comme défectueux ou dangereux en centralisant quotidiennement les rappels de produits. Vous pouvez retrouver les informations sur ses comptes Facebook et Twitter ou choisir de recevoir une newsletter tous les jours.


Signaler un produit


Si un produit vous semble présenter un risque, vous pouvez le signaler en contactant les services suivants : la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP)
Vous pouvez également remplir un formulaire sur le site du ministère de l’Économie et des Finances.


Vous pouvez également signaler un problème à la DGCCRF en toute transparence avec l’entreprise grâce au service SignalConso !


SignalConso a pour objectif d’assurer une relation de transparence et de confiance entre les trois acteurs concernés : le consommateur, le professionnel et les agents de la répression des fraudes.


L’intérêt de SignalConso : permettre une action optimale (correction des anomalies…) du professionnel sans qu’un contrôle soit nécessairement effectué. Le professionnel est informé qu’il fait l’objet d’un signalement. Il peut activer son compte et visualiser le signalement. Il dispose ainsi des éléments pour corriger la situation. Il fera l’objet de relance lui proposant d’apporter une réponse à votre problème s’il ne l’a pas fait.


Source : economie.gouv.fr – DGCCRF – Generali – SignalConso