Un article du 19 mars 2019 de Bastien Scordia sur le site acteurs publics.com a retenu mon attention, et pour cause, car il traite de « Rumeurs et guéguerre autour d’un transfert de la DGCCRF au ministère de l’Agriculture ».

Des rumeurs, il en existe un peu partout, mais la guéguerre ou la guerre, ça on connaît dans les administrations de notre beau pays …

La guerre des polices

S’agit-il d’un nouvel épisode de la « guerre des polices » que j’évoquais en octobre 2018 dans un article et relayé par le SNISPV (Syndicat National des Inspecteurs en Santé Publique Vétérinaire) ?

Par ailleurs, selon le président de la Commission sur l’affaire Lactalis,

 « …la commission va aussi demander à ce que l’Etat mette fin à la « guerre des polices » et crée une autorité unique dans le domaine de la sécurité alimentaire, dénonçant une « armée mexicaine » avec « trois ministères : la Santé, Bercy et Agriculture, c’est pas possible ».

Alors que veut-on ? La « guerre des polices », l’« armée mexicaine », la « police unifiée », la « police privée », la « guerre des chapelles », etc. ?

Mais ne rêvons pas, tout compte fait, les effectifs ne seront pas renforcés sans une réelle volonté politique… et cette volonté politique, elle n’existe pas chers lecteurs …

Selon l’article d’acteurs public.com précité,

Le ministre de l’Agriculture a annoncé à des organisations syndicales le futur rapprochement de la direction générale de l’alimentation (DGAL), rattachée à son ministère, avec la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), rattachée à Bercy. Ce rapprochement pourrait prendre la forme d’une agence dont l’Agriculture assurerait le pilotage. « Rien n’a été décidé », répond Bercy, qui souhaite pour sa part un pilotage conjoint. La guerre des chapelles est lancée.

« Ce fut une surprise », reconnaît un représentant du personnel. Lors de rencontres bilatérales, le 12 mars, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume, a indiqué aux organisations syndicales qu’un rapprochement se profilait entre la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et la direction générale de l’alimentation (DGAL) concernant les contrôles sanitaires et alimentaires.

.

.

De vraies informations

Dans le compte-rendu de son audience, FO Agriculture relate ainsi que le ministre a annoncé à cette occasion que les deux directions (la première rattachée à Bercy, la seconde au ministère de l’Agriculture) « seront rattachées et organisées, peut-être sous forme d’agence, dont le ministère de l’Agriculture, qui assure 90 % des missions, assurera le pilotage ». « Le ministre nous a confirmé la mise en œuvre d’une police unifiée si possible avant fin 2019 » rapporte pour sa part l’Unsa Agrifor, demandeuse d’un tel rapprochement.

Suffisant pour faire bondir la fédération Solidaires de la DGCCRF, qui s’est fendue d’un communiqué, vendredi 15 mars, pour réclamer de « vraies informations » et demander une audience auprès de leur ministre de tutelle, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire. Une demande restée lettre morte depuis lors. « Soit le ministre et la directrice générale [de la DGCCRF, ndlr] se font promener, soit le ministre de l’Agriculture prend ses désirs pour des réalités, soit c’est un grand bazar au gouvernement », explique cette organisation syndicale, première en termes de représentativité à la répression des fraudes.

NB : Tous les liens sont du blog –aa.

.

.


par Albert Amgar*

* Albert Amgar a été pendant 21 ans le dirigeant d’une entreprise de services aux entreprises alimentaires ; il n’exerce plus aujourd’hui, car retraité. Au travers de son blog il nous a livré des informations dans le domaine de l’hygiène et de la sécurité des aliments.