Vaccine-t-on à bon escient contre la rage en France, pays où le risque d’infection est très faible ? Une association appelle le gouvernement à modifier la loi.

« J’ai eu tellement peur de le perdre. » Isabelle est encore sous le choc de la mésaventure arrivée à Happy, son petit bichon blanc âgé de trois ans. En janvier dernier, elle emmène son chien chez le vétérinaire pour un rappel du vaccin de la rage. « De retour à la maison, au bout d’une demi-heure, je me rends compte qu’Happy n’était pas bien du tout. Très agité, il haletait beaucoup, ses yeux et ses babines étaient devenus rouges », raconte Isabelle. Elle contacte alors son vétérinaire qui lui demande de revenir en urgence. Happy fait une violente réaction au vaccin. Une piqûre plus tard, le chien est sorti d’affaire et le vétérinaire programme un nouveau rappel de vaccin dans un an. Une échéance qu’Isabelle appréhende désormais. Elle n’est pas la seule à se poser des questions sur le lien entre la vaccination antirabique et les problèmes de santé de son animal. 14 000 Français ont signé la pétition de l’association Canis Ethica sur mesopinions.com qui dit halte à la survaccination des chiens et des chats contre la rage dans l’Hexagone. Sa présidente, Thilo Hane, s’étonne que les vaccins antirabiques proposés par les laboratoires pharmaceutiques aient une durée d’immunité d’un an en France, contre deux à trois ans dans le reste de l’Europe. « Ce sont pourtant les mêmes produits ! » dénonce-t-elle.

(Source lepoint.fr)

Lire la suite